Devenir financier d’entreprise

Le monde de la finance d’entreprise et du contrôle de gestion vous attire mais vous ne savez exactement ce qu’il recouvre ? Nous vous présentons ici quatre métiers fondamentaux de ce domaine : responsable administratif et financier (RAF), directeur administratif et financier (DAF), contrôleur de gestion (CG) et directeur du contrôle de gestion (DCG).

 

Missions des postes

Le directeur administratif et financier (DAF) garantit la bonne gestion financière et administrative de l’entreprise. Il propose une stratégie et expose les choix financiers importants à sa direction. Il s’assure de la bonne exécution des procédures recommandées par la direction générale et gère les services dont il a la charge. Les principales missions du DAF peuvent être divisées en trois catégories :

  • L’aspect réglementaire, au travers des missions régaliennes de supervision financière de l’entreprise (comptabilité, fiscalité)
  • La gestion du financement et de la trésorerie en s’assurant de l’équilibre comptable
  • Le pilotage de la performance via le contrôle de gestion, le calcul de marges par activité, par produit et par marché.

Les prises de décision et la construction de stratégies de développement de l’entreprise font du poste de DAF un métier très technique et transversal.

 

Le responsable administratif et financier (RAF), quant à lui, est responsable de la coordination, de la planification et de la gestion des tâches comptables, administratives et financières de l’entreprise.

Les missions du RAF sont proches de celles du DAF, à la différence que le RAF intervient principalement dans les TPE/PME quand le DAF intervient dans les entreprises de plus grande taille. De plus, les missions de fusions-acquisitions (M&A) et de financement sont généralement pilotés par des DAF et non pas par des RAF. Les RAF sont généralement des profils juniors tandis que les DAF sont des profils plutôt seniors.

Selon la taille de leur entreprise, le DAF et le RAF peuvent être amenés à occuper le poste de directeur des ressources humaines (DRH) et sont également susceptibles de répondre à de nombreuses questions juridiques.

 

Le directeur du contrôle de gestion (DCG) contribue au pilotage opérationnel de l’entreprise en fournissant des données, des analyses qui permettent aux dirigeants de prendre des décisions. Il met en forme et analyse les indicateurs commerciaux, sociaux, comptables, voire environnementaux d’une entreprise afin de procéder à l'optimisation de la performance globale et à l’explication d’écarts entre des prévisions et les résultats effectivement atteints. Il participe aux prises de décision et à la construction de l'information financière mise à la disposition de la direction générale ou des actionnaires.

Le contrôleur de gestion (CG) contribue au pilotage stratégique et opérationnel de son entreprise, au travers des résultats de ses analyses financières et économiques. L’objectif principal du contrôleur de gestion était d’améliorer la rentabilité de son entreprise par l’analyse de données. Au-delà de la seule rentabilité financière, il est désormais impliqué dans la performance de l’entreprise, y compris sociale et environnementale. De plus, le contrôleur de gestion doit aussi élaborer le budget prévisionnel et contrôler les résultats.

La différence entre directeur du contrôle de gestion et contrôleur de gestion est la séniorité et la taille de l’entreprise. Par exemple, le contrôleur de gestion fait le data crunching, son directeur prend du recul et l’oriente pour déterminer les analyses nécessaires.

 

La digitalisation croissante des entreprises entraîne une évolution des métiers de financiers, qui doivent à présent accompagner leur direction générale dans les choix technologiques importants, notamment en termes d’intelligence artificielle, de data analytics et des choix de moyens et de méthodes, par exemple en matière d’externalisation.

Principales connaissances et compétences requises

Les compétences techniques communes à ces postes sont :

  • La pratique courante de l’anglais, généralement indispensable
  • Un fort intérêt pour les systèmes d’information tels que les bases de données, tableurs, logiciels comptables et l’ERP de l’entreprise
  • Une connaissance aigüe de l’entreprise et de son environnement économique et concurrentiel, afin de prendre du recul et d’anticiper l’avenir de l’entreprise
  • Une capacité d’analyse et de synthèse des données financières et comptables
  • De bonnes capacités rédactionnelles.

 

Le DAF/RAF doit également posséder de bonnes capacités de négociation car il est l’interlocuteur privilégié des fournisseurs, banques, assurances et autres parties prenantes. Il doit aussi posséder des connaissances juridiques solides pour gérer le patrimoine et les contrats de l’entreprise. Quant au DCG/CG, il doit faire preuve d’une excellente culture comptable, savoir établir des budgets et faire le lien entre les données qui lui sont présentées et le marché.

 

Les soft skills sont de plus en plus importants dans les métiers financiers. Les qualités essentielles sont :

  • Savoir faire preuve de rigueur et d’organisation afin de manier la masse de données à analyser
  • Disposer d’une certaine aisance relationnelle pour pouvoir communiquer avec les différentes parties prenantes et savoir se montrer convaincant
  • Être en capacité de manager une équipe
  • Être adaptable et réactif face aux évolutions des normes comptables, des logiciels utilisés, mais aussi face à la conjoncture économique
  • Être curieux et ouvert sur les sujets non financiers.

 

En conclusion, le métier de dirigeant financier est un métier de coordination (logistique, achat, RH, technique, etc.). Ainsi, le dirigeant financier se doit de comprendre les métiers de chacun. C’est aussi un métier où la confiance et la communication sont primordiaux car le dirigeant financier a de forts liens avec la Direction générale, les autres membres du Codir, les fonds, etc. C’est un métier de terrain, riche, varié, et multisectoriel. Le dirigeant financier effectue à la fois des analyses rétrospectives (reporting) et prospectives (établissement d’un budget, anticipation des besoins, etc.).

Quels diplômes pour accéder à ces postes ?

Ces quatre métiers possèdent de nombreux parcours en commun, comme l’obtention d’un master CCA (Master Comptabilité Contrôle Audit), d’un master de comptabilité et de gestion (DSCG), d’un master universitaire en gestion avec une spécialisation en finance et gestion, d’un diplôme d’IEP (Institut d’Etudes Politiques) et enfin d’un diplôme d’École de commerce avec spécialisation finance. Le double cursus ingénieur (data) puis finance ou gestion est également possible. Tous les chemins mènent à Rome ! Les diplômes habituels sont les suivants :

  • Niveau bac + 3 : licences métiers de la gestion et de la comptabilité (contrôle de gestion, etc.), bachelor en management, DCG (diplôme de comptabilité et de gestion), bachelor universitaire de technologie en gestion des entreprises et des administrations (BUT GEA).
  • Niveau bac + 5 : diplôme d'école de commerce avec spécialisation finance, contrôle de gestion et audit, contrôle de gestion, IEP, DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et gestion), master CCA (comptabilité, contrôle, audit), master contrôle de gestion et audit organisationnel, master audit conseil et contrôle, master en finance, comptabilité, contrôle de gestion, magistère banque finance assurance (BFA), économie et finances internationales (Magefi).
  • Niveau bac + 6 : MS (mastère spécialisé) audit interne et contrôle de gestion, etc.

Quelles évolutions de carrière ?

Ces postes offrent de nombreuses perspectives d’évolution de carrières. Les RAF et CG ont souvent vocation à devenir directeur financier, mais ils peuvent également intégrer de plus grandes entreprises ou ouvrir leur propre cabinet. Le DAF, quant à lui, a plusieurs perspectives d’évolution. Il peut voir son périmètre d’action augmenter, mais il peut aussi avoir comme ambition de devenir directeur général finance ou consultant en gestion et finance d’entreprise, ou même CEO par exemple dans le cadre d’une reprise ou d’une création d’entreprise.

Pourquoi la DFCG est-elle pertinente pour ces métiers ?

La fonction financière nécessite une veille permanente afin d’être au point sur les connaissances et les bonnes pratiques dans le domaine. Pour répondre à ce besoin, la DFCG permet à ses membres d’échanger (congrès Financium, Universités d’été de la DFCG, réseau interne Workplace, etc.), de s’informer (revue Finance&Gestion, blog Vox-Fi, conférences), d’être reconnu (trophées du dirigeant financier, trophées régionaux) et de se perfectionner (rendez-vous experts, centre de formation DFCG, espace documentaire contenant plus de 700 documents techniques). Ainsi, la DFCG accompagne ses membres tout au long de leur carrière !