Interview d’Amandine Mellira, présidente de DFCG Côte d’Azur : Un groupe régional dynamique même pendant la crise

Amandine Mellira, présidente de DFCG Côte d'Azur

Publié le 30 juin 2021.

Quel est votre parcours ?

Je suis expert-comptable de formation. J’ai travaillé dans un cabinet d’expertise comptable local d’une centaine de salariés. J’ai eu la chance de toujours travailler avec des managers inspirants. J’ai été auditeur légal et contractuel et participé aux missions d’expertise judiciaire pendant dix ans. Les missions étaient très variées et intéressantes et portaient principalement sur les défaillances d’entreprise, les différends commerciaux, etc. Cela m’a permis d’être en contact de chefs d’entreprise qui se trouvaient dans des situations délicates. Après la naissance de mon fils et l’obtention du DEC, j’ai eu une opportunité de quitter ce monde, j’ai rencontré un chef d’entreprise inspirant (un de plus !). A 30 ans, mes attentes avaient évolué, j’avais envie de donner un sens différent à ce que je faisais. Je souhaitais être au cœur de la stratégie de l’entreprise et l’audit ne me donnait pas cette vision à 360 degrés qui est celle du DAF. Je souhaitais consacrer toute mon énergie à une seule entreprise, et accompagner son développement. Ainsi, depuis dix ans, je suis DAF du groupe Saphelec & Simplyo, qui commercialise des solutions de télécom, de visioconférences et de services IT aux entreprises, marchés publics, et associations. Nous allons réaliser notre huitième opération de croissance externe aujourd’hui-même. Il y a trois mois, deux fonds sont entrés au capital pour accélérer notre stratégie de croissance externe. A cette occasion, j’ai découvert le groupe DAF en LBO/Retournement de la DFCG auquel je participe en visioconférence une fois par mois. Ce groupe est très actif grâce à l’implication de Sibylle Blumenfeld et Eric Pacquement.

Quelle est votre implication au sein de la DFCG ?

J’ai découvert la DFCG en 2012 par la lecture d’un article qui portait sur Nicolas Bertrand, alors DAF de Micromania et lauréat du Trophée DFCG Côte d’Azur. Je ne connaissais pas le monde associatif jusque-là. J’ai souhaité m’impliquer afin de donner du sens à mon travail, ma profession.

Le constat de départ est que le DAF est « seul » dans son entreprise sur un très grand nombre de sujets. En tant que membre de l’association, je bénéficie d’un réseau, je fais partie d’un groupe aux intérêts communs. La région Côte d’Azur organise une quinzaine d’événements par an, ces rencontres nous permettent de partager notre expérience et favorisent l’émulation.

En 2014, je suis devenue membre du bureau du groupe régional DFCG Côte d’Azur, trésorière en 2016, et présidente en 2019.

Comment fonctionne le groupe DFCG Côte d’Azur ?

Le bureau du groupe DFCG Côte d’Azur comprend une quinzaine de membres qui se réunissent une fois par mois. Nous proposons un ou deux événements physiques par mois, avec des clubs (notamment DFCG au féminin et Club compétences) ou des conférences.

Nous avons 140 membres, principalement des directeurs financiers et des contrôleurs de gestion.

En 2020, nous avons repensé notre offre. La raison d’être de l’association est « échanger, partager, s’informer et se former », ainsi nous avons lancé nos propres webinaires : échanges entre membres, conférences, clubs et même accueil des nouveaux membres. Oui, nous avons de nouveaux membres, des DAF qui ont eu l’audace de rejoindre notre association malgré le contexte !

Grâce aux relations qu’ils ont pu tisser entre eux à l’occasion de nos réunions, les membres ont pu continuer à échanger via Workplace, entre autres, pendant cette période, sur des problématiques fiscales, sociales et notamment la mise en œuvre de l’activité partielle. Car les liens que nous créons ne s’arrêtent pas aux manifestations. C’est tout l’intérêt du réseau.

Quels sont vos projets pour l’avenir ?

L’employabilité et le partage ont toujours été au cœur de nos préoccupations, et encore plus aujourd’hui. Ces valeurs nous permettront d’être acteurs de la transformation de notre profession. Aujourd’hui, le DAF n’est plus le garant de la valeur financière de l’entreprise uniquement, il est le garant de toutes les valeurs. A ce titre, Le bureau Côte d’Azur a souhaité faire de la RSE et l’inclusion un fil rouge cette année.

Nous envisageons de créer un club de contrôle de gestion industriel grâce à un nouveau membre très motivé, Benjamin Barriol. Il regroupera notamment les contrôleurs de gestion de laboratoires pharmaceutiques et parfumeurs.

Nous avons une conférence sur le thème de la blockchain au mois de novembre.

Je crois beaucoup aux clubs qui permettent d’avoir des échanges de grande qualité sur des questions métiers très précises.

Les rencontres physiques restent malgré tout essentielles. Le trophée DFCG Côte d’Azur a eu lieu la semaine dernière, et notre traditionnelle réunion de rentrée aura lieu le 10 septembre prochain.

Parlez-nous du trophée 2021 !

Une véritable aventure cette année…

Le Comité de pilotage a préparé cet événement pendant 18 mois ! Nous avons eu l’audace de croire en ce projet un peu fou : réunir 200 personnes dans le contexte incertain que vous connaissez.

La 10e édition du trophée Finance & Gestion de la DFCG Côte d’Azur s’est déroulé le 22 juin dernier au Palais de la Méditerranée. Cet évènement prestigieux, présidé par Sébastien Huron, DG du Groupe Virbac, a débuté par une conférence animée par le Président de PwC France et Maghreb, Bernard Gainnier puis s’est poursuivi par une table ronde rassemblant Sébastien Huron, Bernard Gainnier et Bruno De Moura Fernandes, économiste Coface. Enfin, Delphine Gibassier, Professeur titulaire de la Chaire Performance Global Multi Capitaux nous a présenté ses travaux de recherche. Delphine Gibassier participera d’ailleurs aux Universités d’été de la DFCG qui auront lieu la semaine prochaine, le 6 juillet.

La journée s’est clôturée par la traditionnelle cérémonie de remise des trophées. Trois prix ont été remis :

  • Le Trophée à Carole Davis-Vimont, pour son rôle dans la croissance et la performance d’Oticon.

 

  • Le Prix du Contrôle de gestion à Philippe Gallino, pour la mise en place d’un outil de pilotage et de management de la fonction RH utilisé par les 131 établissements de GSF.

 

  • Le Prix spécial du Jury à Guillaume Pascual, pour la mise en place d’un outil sur mesure au sein de Xian Corp.

 

D’ailleurs, j’invite dès à présent les dirigeants financiers et contrôleurs de gestion à proposer leur candidature pour la prochaine édition.

Et pour terminer, je vais reprendre les propos de Delphine Resegotti, lauréate 2018 : « Mon conseil : d’y aller sans retenue et avec tout son cœur. C’est un événement formidable ! Sans pression, sans jugement, avec beaucoup de bienveillance et de curiosité saine... »