Financement des entreprises : quelles offres complémentaires au crédit bancaires ?

Le 17 novembre dernier, la DFCG organisait au siège du MEDEF de Paris un Club Prestige Finance & Gestion sur le thème « Financement des entreprises : quelles offres complémentaires au prêt bancaire ? » en partenariat avec Origin Investing.

Lors de cette soirée, directeurs financiers et autres experts du financement des entreprises ont partagé leurs retours d’expériences et leurs bonnes pratiques afin d’exposer aux participants les modalités et les enjeux du financement par dette, pour que chaque DAF puisse disposer d’informations claires et précises et s’orienter ainsi vers le financement qui correspond le mieux aux besoins de son entreprise.

Ce Club Prestige fut également l’occasion de présenter le guide pratique « Dirigeant de TPE-PME-ETI : Présentez votre entreprise, votre projet à un nouveau financeur, alternatif ou bancaire ». Ce guide, récemment publié, a vocation à aider le dirigeant de TPE-PME ou d’ETI à rassembler et à présenter le socle d’informations qui facilitera ses premiers échanges avec un nouveau financeur.

Plusieurs intervenants se sont succédés à la tribune pour tenter d’apporter des éclaircissements face à la complexification de la recherche de financement pour les entreprises, et permettre aux DAF d’appréhender au mieux l’évolution et la diversification de l’offre, en s’intéressant spécifiquement au financement par dette. En Europe, le crédit bancaire représente aujourd’hui encore 75% du financement par dette Ce taux atteint même 90% dans le cas des PME. La situation est totalement inversée par rapport à celle observée aux États-Unis où 80% du financement est déjà désintermédié en dehors des banques.

Les difficultés d’accès au crédit bancaire rencontrées par les entreprises, accentuées depuis la crise de 2008 avec l’établissement de nouvelles règles prudentielles, nécessitent donc de décloisonner au plus vite le financement des entreprises.

Parmi les solutions alternatives ou complémentaires au crédit bancaire présentées lors de ce Club Prestige, figurait celle imaginée par la fintech Origin Investing. En s’inspirant du fonctionnement de l’Euro PP, Origin Investing a créé le MiniPP, un produit de placement obligataire à destination des investisseurs privés et institutionnels. Concrètement, Origin Investing propose aux PME, sous certaines conditions d’éligibilité dont un CA minimum de 10 millions d’euros, des émissions obligataires de 1 à 15 millions d’euros pour financer par exemple des investissements matériels ou immatériels, ou bien encore de la croissance externe. Les conditions sont très flexibles, sans demande de garantie ni de caution. L’intérêt est double pour les emprunteurs, d’une part avec un remboursement in fine du capital, d’autre part parce que les banques considèrent ces fonds comme des quasi fonds propres. Enfin, cette offre complémentaire au crédit bancaire répond à un véritable besoin puisqu’elle permet de combler un manque dans la cartographie du financement des entreprises. C’est le sens du témoignage exprimé par Nicolas de Bronac, président de Sequoia Pressing, venu expliquer pourquoi il a privilégié la solution du MiniPP pour le développement de ses activités. Audrey Stewart, co-fondatrice d’Origin Investing, a ensuite exposé plus en détail les raisons et les intérêts pour les DAF d’utiliser la solution développée par son entreprise.

Publié le 1 décembre 2016.

twitter du directeur financier facebook du directeur financier facebook du directeur financier