« ESEF – iXBRL : un format électronique harmonisé pour faciliter le traitement de l’information financière »

Entretien avec Michel Habarov, Président du Groupe Systèmes d’Information et Digital (GSID)

Le groupe Systèmes d’Information et Digital est depuis bien des années l’un des plus prolixes. Et pour cause : si le développement du numérique est un facteur de performance indiscutable, encore faut-il parvenir à en tirer la quintessence. L’échange et la restitution d’expériences entre pairs est de ce point de vue, un gage de réussite. C’est là le principal objectif du groupe.

A l’occasion de la sortie de son nouveau Cahier technique « Rapports annuels : Format ESEF – iXBRL obligatoire en 2020 » nous avons interrogé son président, Michel Habarov, pour en savoir plus sur ses travaux et ses modalités de fonctionnement.

Michel Habarov, vous animez le groupe GSID depuis un an. Quel est l’objectif de ce groupe ?

Le principal objectif du Groupe Systèmes d’Information et Digital (GSID) est de réaliser une veille technologique sur les outils applicatifs digitaux à destination des directions financières.

Il peut s’agir d’outils plutôt récents comme ceux liés à l’intelligence artificielle ou plutôt matures, comme les ERP même si ceux-ci sont enrichis de façon permanente par les éditeurs. Ceci afin d’établir un panorama de manière régulière.

Par ailleurs, nous menons des analyses approfondies sur certains sujets en fonction de leur importance à court terme ou dans la durée, par l’intermédiaire de Cahiers techniques dédiés (par exemple : ESEF/iXBRL, Blockchain…).

Notre démarche se veut avant tout pratique. Nous analysons certains aspects de la gestion des entreprises afin de définir quels outils sont les mieux adaptés à ces cas d’usages. Puis nous proposons une méthodologie pour optimiser leur choix et leur mise en œuvre.

Comment restituez-vous ces travaux auprès des membres de la DFCG ?

A échéance régulière, le GSID produit des Cahiers techniques et des articles dans la revue Finance&Gestion au rythme de deux ou trois par an.

Nous restituons également en animant des conférences notamment à Financium (NDLR : cette pour 2020, les 15 et 16 décembre) mais également cette année lors de la première édition des Rencontres du Digital et de la Finance d’entreprise (le 18 septembre).

Nous participons aussi à des évènements externes tels les Salons Solutions ou Documation.

A terme, nous souhaitons générer et organiser des échanges permanents sur la plateforme interne à la DFCG Workplace pour répondre aux questions immédiates. Je vous invite donc à solliciter votre inscription à notre groupe et à y poser toutes vos questions, à partager toutes vos solutions et vos retours d’expérience.

Je veux également mentionner l’existence d’un groupe connexe animé par deux membres du GSID, Armand Angeli et Marie-Louise Bigot, centré sur la thématique des CSP (Centres de Services Partagés) / RPA (Robotisation Process Automatisation) / AI (Automatisation Intelligence). Il s’agit d’un groupe lui aussi très dynamique qui organise des réunions régulières d’échanges réunissant entre 15 et 50 personnes.

Qui participe au Gsid ?

A ma grande joie, notre groupe repose sur une belle alchimie entre financiers d’entreprise ayant un attrait particulier pour les systèmes d’information et pour le digital et ingénieurs appréciant les enjeux des directions financières. Ils viennent de tous horizons : DAF en exercice dans leur entreprises, DAF à temps partagé, manager de transition, experts technique, consultants…

Chacun participe selon ses disponibilités. De sorte qu’il existe plusieurs niveaux d’implication. Certains contribuent de manière occasionnelle en fonction des sujets. D’autres, extérieurs au groupe, interviennent ponctuellement pour apporter leur expertise. Je profite de cette occasion pour saluer et remercier toutes les bonnes volontés qui, bénévolement, donnent de leur temps au profit de tous, avec un hommage appuyé à Philippe Ferbus, Vice-Président, et Denis Molho, ancien Président et conseiller technique, avec l’aide desquels j’anime ce groupe.

De manière générale, participer aux travaux du groupe, c’est le moyen de prendre du recul par rapport à un quotidien exigeant, et d’approfondir ses connaissances et savoir-faire grâce à une dialectique entre « compagnons » de réflexion dont la variété des profils permet un enrichissement réciproque.

Je profite aussi de l’opportunité pour remercier également bien évidemment les permanents de la DFCG pour tout le support qu’ils nous apportent.

Quelles sont vos méthodes de travail, votre rythme de réunion ? Comment choisissez-vous les sujets auxquels vous consacrerez vos travaux ?

Nous sommes attachés à l’échange et au collaboratif. Venir au GSID doit être un plaisir et non une contrainte. L’avis de chaque membre compte. Nous nous réunissons toutes les cinq à six semaines en plénière du groupe.

Pour ce qui est du choix des sujets à traiter, nous les listons au terme d’une discussion interne, par voix de consensus. Puis nous les soumettons au Comité scientifique qu’anime Philippe Guillaumie pour les arrêter définitivement.

Dès lors nous faisons un appel à contribution à la fois au sein du groupe mais également auprès de l’ensemble des membres de la DFCG. Nous sollicitons également des contributeurs « experts » extérieurs.

A la suite de quelques ateliers de réflexion, nous nous répartissons la rédaction en fonction des appétences de chacun, avec un suivi régulier – en moyenne toutes les trois semaines.

En règle générale la rédaction d’un Cahier technique demande de 6 mois à 18 mois selon le nombre de contributeurs et la largeur du spectre.

Justement, vous publiez un Cahier technique sur le format ESEF ? Pourquoi ce thème et pourquoi maintenant ? Qui a participé à sa rédaction ?

Tout simplement parce que depuis l’ouverture de leur exercice 2020 les groupes cotés – c’est à dire ceux dont les valeurs sont négociées sur un marché réglementé –, sans distinction de taille sont soumis à l’obligation d’adopter le format ESEF (European Single Electronic Format ou Format électronique européen unique). La principale nouveauté est que le format ESEF requiert une publication des cinq états financiers primaires (Bilan, Compte de résultat, État du résultat global, Tableau de passage des capitaux propres, Tableau des flux de trésorerie) au format numérique iXBRL, l’objectif étant de faciliter techniquement la comparaison entre les entités cotées

Nous publions donc aujourd’hui, sur ce sujet, un Cahier technique dédié, une fiche « Essentiel » et un article dans Finance&Gestion.

Pour cela, nous avons fait appel à Pierre Hamon qui est un expert reconnu du format XBRL, membre du conseil d’administration de XBRL France et du BPB (Best Practice Board) de XBRL International.

C’était pour nous essentiel d’accomplir ce travail d’information auprès des membres de la DFCG. En effet, le GSID adhère pleinement au principe d’un format électronique harmonisé pour l’information financière qui permet d’améliorer en aval le traitement des données financières.

Quels sont les Cahiers techniques passés et à venir ?

Depuis 2012 nous avons produit sept Cahiers techniques ce qui représente 30 % du nombre total de Cahiers produits par la DFCG :

En 2017 nous avons publié un ouvrage : « Mettre en œuvre avec succès le système d’information des PME » aux éditions Ellipses.

Aujourd’hui deux autres Cahiers techniques sont en cours ou en fin de de rédaction.

Il y a tout d’abord du « Panorama des Outils Digitaux (POD) » que nous publierons en septembre.

Il y a ensuite un Cahier technique sur la Blockchain, coordonné par Thierry Amadieu, que nous ambitionnons de publier en fin d’année, lors de Financium.

De manière plus prospective nous réfléchissons à l’opportunité de rédiger un Cahier technique sur le thème de « la digitalisation à moindre coût », ou encore sur la gestion des données et de l’information pour améliorer la performance de l’entreprise, sans bien sûr omettre de mettre à jour notre « POD ». Quoiqu’il en soit nous avons prévu une concertation à la rentrée avec Philippe Guillaumie, président du Comité scientifique, afin de travailler en phase avec les axes élaborés pour l’ensemble de la DFCG.

Vous êtes impliqués dans de nombreuses manifestations ?

En effet. Notamment cette année, nous co-organisons et animons trois webinaires avec Finance Innovation dont deux sur un thème d’actualité brulante : la gestion de la trésorerie. Le premier avait trait aux aspects opérationnels (30 juin), le second aux aspects stratégiques (6 juillet). Le troisième aura lieu en octobre et aura pour thème un échange « brainstorming » entre des Fintechs et des manager financiers membres évidemment de la DFCG.

Nous serons bien sûr présents aux Rencontres du digital et de la finance d’entreprise, le 18 septembre matin, en animant les six conférences ou plénières :

– Pilotage de la performance et transformation de la fonction finance : de l’analyse au prédictif (Philippe Ferbus)

– L’impact du digital sur la refonte des organisations, des métiers de la finance et des compétences (Denis Molho)

– L’automatisation intelligente des processus pour accélérer la transformation (Armand Angeli)

– La digitalisation du BFR pour améliorer la gestion (Marie-Louise Bigot)

– J’animerai pour ma part une conférence sur le choix des bons outils pour les projets de digitalisation et sur le panorama du marché desdits outils.

Enfin nous sommes bien sûr très impliqués sur l’organisation de Financium des 15 et 16 décembre 2020.


Les Cahiers techniques du GSID :

N° 29 Gestion stratégique de la donnée – construire un projet numérique

N° 25 Master data management : l’ossature du SI

N°24 Digitalisation de la PME et de L’ETI. Le client au centre

N°20 Réussir votre projet de transformation numérique

N°18 La dématérialisation des processus et des documents

N°10 Internet et la PME

N° 8 La PME face au système d’information décisionnel

N°5 La PME face à son système d’information


Michel Habarov

C’est en tant qu’auditeur chez Mazars et EY que Michel Habarov a débuté sa carrière. Avant d’acquérir une longue expérience en directions financières caractérisées par de fortes croissances internes et externes et des organisations matricielles complexes et évolutives (transformations, fusions, scissions).

Outre les opérations courantes de la comptabilité, du contrôle de gestion et de la finance d’entreprise, il a travaillé sur des opérations spécifiques ayant conduit au doublement du chiffre d’affaires ou des effectifs, le choix et l’implémentation d’applicatifs financiers, la mise en place de financements significatifs ou complexes, ou le développement de reportings incluant des indicateurs clés contribuant à l’amélioration de la performance.

Il est depuis trois ans consultant et formateur chez DAFetCONSEIL et DME Performance.

Publié le 20 juillet 2020.

twitter du directeur financier facebook du directeur financier facebook du directeur financier