Discours de Marie-Hélène Pebayle, présidente de la DFCG, au Conseil d’administration de la DFCG du 26 janvier 2024

 

Discours de Marie-Hélène Pebayle, présidente de la DFCG,
au Conseil d’administration de la DFCG du 26 janvier 2024

Il est d’usage qu’un propos soit formulé par le nouveau Président – en l’occurrence la nouvelle Présidente – lors de sa prise de mandat et je ne peux rompre avec celui-ci car il constitue une occasion unique d’exposer d’une part les perspectives d’activité pour l’année à venir, et d’autre part de présenter la méthode qui permettra – du moins je l’espère – d’écouter toutes les initiatives et de développer la transversalité car, vous l’avez compris, mon mandat sera sous le signe du lien : lien entre le national et les régions, lien entre les régions, lien entre le national et l’international, lien entre la DFCG et ses partenaires, lien entre professionnels et étudiants, liens intergénérationnels, lien entre praticiens et le monde académique, lien privé-public…

En préambule je me dois de vous assurer de ma complète gratitude pour m’avoir confié la responsabilité de la DFCG à la suite de Emmanuel Millard, Philippe Audouin, Thierry Luthi, Daniel Bacqueroët et Jean-François Bosquet sans oublier leurs prédécesseurs.

J’en profite pour TE remercier, Cher Emmanuel pour tes trois années de mandat au cours duquel de grandes choses ont été réalisées pour notre association : la structuration de sa raison d’être, la mise en avant des régions, la création de l’Alliance Internationale… Nous te remercions pour ton engagement, pour tes actions, pour tes réussites.

Je souhaite aussi vous informer, chers administrateurs, de ma totale disponibilité à votre égard et de l’absolue impartialité qui s’impose à moi pour toutes les décisions qui seront prises.

La DFCG est avant tout un réseau partageant une communauté d’idées et de pratiques professionnelles ainsi que des valeurs communes de rigueur, solidarité, et modernité. La DFCG se doit d’être soudée afin d’assumer en commun décisions et actions, car nous le savons tous : l’union fait la force. Soyons unis, chers administrateurs, pour affronter l’avenir, notre avenir et surmonter les profondes mutations qui touchent nos métiers. Cet avenir pour la DFCG que je souhaite continuer à construire, ces mutations sociétales que nous affronterons, tout cela, nous le ferons ensemble grâce à nos organes de décisions, au Comité consultatif, formé des anciens présidents nationaux – et dont Thierry Luthi devient le Président – au Conseil d’administration – et j’accueille ici les nouveaux administrateurs élus qui nous ont rejoints -, et enfin au Bureau Exécutif que j’ai souhaité renouveler, ce dont vous avez pris connaissance, sans oublier l’équipe des salariés de la DFCG piloté par Damien avec efficacité.

Mais l’avenir de la DFCG se construira aussi à l’extérieur car il nous faut aller vers les décideurs financiers et du contrôle de gestion, nos futurs adhérents, afin de les convaincre de nous rejoindre. Soyons convaincus du bien-fondé et de la justesse de notre réseau. Nous devons avoir en mémoire ce que nous avons appris de nos anciens, à savoir échanger sur nos pratiques, en tout bienveillance et convivialité, aider nos pairs à se développer professionnellement… Pour l’action il ne s’agira pas de déployer nos bannières à tous les vents mais simplement agir par la rigueur et la justesse de nos propos à l’extérieur de la DFCG. Nos actions seront comme il se doit plus particulièrement orientées vers la jeunesse et le monde associatif, les PME et les ETI qui constituent un creuset profond pour notre recrutement. En 2024 nous organiserons deux événements majeurs :

  • Le 7 juin, lors d’un séminaire stratégique, nous inviterons les présidents de région et de Groupes d’échange ainsi que vous, chers administrateurs, et les membres du Bureau Exécutif à échanger en ateliers et groupes de travail sur la stratégie de la DFCG pour les trois années de mon mandat ; l’idée est de construire ensemble la feuille de route 2024-2026 en mettant l’accent sur la convergence de nos priorités et la cohérence de nos actions.
  • Le 14 novembre, au Financium, nous fêterons les 60 ans de la DFCG, mais ce que j’aimerais par-dessus tout, c’est que nous utilisions cet Fête pour :
  1. Valoriser et reconnaitre ceux et celles qui se sont investis au cours de ces 60 années à la DFCG.
  2. Communiquer sur toutes les actions qui existent à la DFCG.
  3. Organiser des événements « anniversaire » dans toutes les régions.

Pour cela nous allons créer un groupe de travail composé de volontaires bénévoles ou salariés de la DFCG et de membres du Comité consultatif qui souhaiteront nous rejoindre pour définir le sens que nous souhaitons donner à cette fête.

Evoquons maintenant de façon plus pragmatique ce que nous nous proposons de travailler ensemble dans le cours de cette année.

  1. La transversalité : gagner en transversalité pour renforcer les équilibres
    1. Favoriser la participation des régions dans les réflexions stratégiques
    2. Mutualiser les ressources entre régions
    3. Préciser le rôle et la place des salariés de la DFCG par rapport aux bénévoles actifs par la création de binômes (un membre du BE plus un salarié pour les missions « régaliennes » de la DFCG).
  2. Le rayonnement : conforter l’influence de la DFCG
    1. Faire de l’anniversaire des 60 ans de la DFCG un évènement majeur pour la profession (organiser l’anniversaire toute l’année sur tout le territoire dans chaque région)
    2. Diffuser la parole de nos élus et experts des sujets stratégiques de la Profession dans les instances de place
    3. Positionner l’événementiel comme une ressource nationale.
  3. Le développement
    1. Repositionner l’IDF comme une région dont la feuille de route est de développer les adhésions
    2. Moderniser la plateforme des talents de la finance d’entreprises privées et publiques
    3. Segmenter les cibles de prospects et adapter l’offre de services aux cibles
      1. Les entreprises CAC 40 / Les entreprises moyennes ETI et PME
      2. Les juniors / les seniors
      3. Les services publics et associatifs / le secteur privé.

Ayons toujours en mémoire ce vieil adage : « Seul on ne peut rien, ensemble on peut tout ».

Mais revenons à l’immédiat en forme de conclusion.

Avec la sagesse de nos 60 ans d’existence, je garderai à l’esprit ces deux maximes tant la force de leur raisonnement devrait s’imposer à nous comme un fil conducteur :

Celle de Jean Jaurès : « Pour aller à l’idéal, il faut passer par l’essentiel ».

Mais pour passer par l’essentiel, comme le disait Marc Aurèle : « Que la force nous soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé, le courage de changer ce qui peut l’être, mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre ».

Je vous remercie de votre écoute.

Marie-Hélène Pebayle

Le 26 janvier 2024